IMG_3774.JPEG

Activité Physique, Sédentarité, Confinement et Covid 19

L’inactivité physique est responsable de plus de cinq millions de décès par an à travers le monde. Le manque d’activité physique est reconnu pour être de nos jours la première cause de mortalité évitable dans les pays développés, devant le tabagisme (1).

 

Le risque attribuable de mortalité liée à l’inactivité physique est de 10% (2).

 

De nombreuses études ont démontré avec de très bon niveau de preuves scientifiques qu’une activité physique et sportive régulière permettrait de prévenir et de traiter la plupart des maladies chroniques non transmissibles : maladies cardiovasculaires (3), diabète de type 2, cancer du côlon (4) et du sein (5,) lombalgies (6) et symptômes dépressifs (7). L’Activité physique est un éléments clés du vieillissement actif et sain (8).

 

Au cours de ces dernières années, la sédentarité est apparue comme un risque certain mais évitable de mortalité globale (9).

La sédentarité, c’est-à-dire le temps passé assis ou allongé (hors temps de sommeil), ne doit pas être confondue avec l’inactivité physique. La sédentarité multiplie par 2 le risque de maladies cardiovasculaires, de diabète de type 2 et d’obésité. Elle est associée au stress, à l’anxiété et à la dépression.

 

En France, quelle que soit la tranche d’âge, l’activité physique est considérée comme insuffisante au regard des recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé et les temps de sédentarité atteignent 12 heures par jour. 

Le confinement,

un accélérateur de sédentarité

 

Les confinements successifs ont considérablement bouleversé nos comportements et

ont été un accélérateur de nos mauvais comportements de santé.  

Le télétravail a diminué les déplacements actifs liés à l’activité professionnelle.

Confinement.png

Selon l’Observatoire National de l’Activité Physique et de la Sédentarité au cours du premier confinement, 25% des adultes ont augmenté leur temps passé assis, et 41% ont augmenté leur temps passé devant les écrans.

 

Le niveau global d’activité physique a diminué pour 4 personnes sur 10.

 

Puisque nous sommes de plus en plus sédentaires, il est important pour notre santé d’avoir une activité physique dans notre vie quotidienne.

Covid.png
Exercice.png

 

Quelle quantité de sport pour lutter contre cette sédentarité ?

 

Des scientifiques ont calculé la durée de sport et l’intensité nécessaire pour contrebalancer une journée passée assise, qu’il s’agisse d’un travail de bureau ou d’une journée de détente à la maison.

 

En confinement ou non, nous passons la plupart de nos journées assis, peu importe qu’il s’agisse d’une journée de travail ou d’une journée passée à se détendre à la maison. Pourtant, pour être en bonne santé, il faut bouger. 

 

Mais de combien de temps d’exercice avons-nous besoin pour « équilibrer » une journée passée assis ?

 

Une équipe de chercheurs (10) a réussi à trouver une réponse, publiée dans le journal spécialisé British journal of sports medicine. Ce résultat se base sur une méta-analyse de neuf études précédentes, comprenant plus de 44 000 personnes dans quatre pays différents.

30 à 40 minutes d’exercice modéré ou élevé   

 

Pour 10 heures passées au repos, 30 à 40 minutes

« d’activité physique d’intensité modérée à élevée » seraient nécessaires chaque jour. 

 

En d’autres termes, le fait de pratiquer des activités moyennement intensives comme le vélo ou la marche rapide pourrait réduire le risque de décès prématuré. Cette pratique sportive permettrait d’atteindre une espérance de vie similaire aux personnes ayant un mode de vie moins sédentaire. Les chercheurs soulignent que tout exercice physique, ou même se tenir debout est déjà bénéfique. 

 

De façon générale, une durée de sédentarité >10,7 heures par jour est associée à un risque de mortalité accru.

 

Inactivité Physique et Covid 19  

 

L’inactivité physique est un facteur de risque majeur de mortalité par la Covid 19. 

 

Une équipe de recherche (11) a montré que chez les malades infectés par le virus, ceux qui atteignent

les recommandations d’activité physique avant d’être contaminés (150 minutes d’activité physique/semaine

chez les adultes) avaient 2,26 fois moins de risques d’être hospitalisés ou d’aller en soins intensifs. 

 

Il est important de noter qu’après l’âge et les antécédents de transplantation d’organe, l’inactivité physique est le troisième facteur de mortalité suite à une infection à la Covid 19, viennent ensuite les autres facteurs de risques classiques (IMC, maladies chroniques…). 

 

Même après une infection par le virus n’ayant pas nécessité d’hospitalisation, les risques de mortalité sont augmentés, toutes populations confondues. 

 

D’après une étude américaine (12), les malades atteints de la Covid ayant survécu à l’infection initiale (au-delà des 30 premiers jours de maladie), ont un risque augmenté de décès de +56% dans les six mois suivant l’infection, mais aussi un risque plus important de présenter un large éventail de manifestations cliniques : affections respiratoires, troubles du systèmes nerveux, troubles du sommeil, troubles métaboliques, troubles cardiovasculaires… 

 

Il s’avère judicieux malgré la période actuelle de pratiquer une activité physique régulière.

 

Bon à savoir

 

Une récente étude (13) réalisée en Nouvelle-Zélande montre que l’utilisation du vélo pour les déplacements domicile-travail permet une réduction du taux de mortalité de 10%.

 

Elle diminue également jusqu’à 20% les risques cardiovasculaires.

Vélo.png
Pas.png

Il a été prouvé (14) que chez les femmes de plus de 45 ans, faire 4400 pas par jour suffit pour réduire les risques de mortalité, quelle que soit l’intensité ! 

 

Avec plus de pas effectués par jour, le taux de mortalité diminue progressivement avant de se stabiliser à environ 7500 pas par jour. 

 

Marcher plus vite n’est pas lié à une mortalité plus faible, il n’y a pas d’effets de la vitesse de marche sur la mortalité. 

Il ne vous reste plus qu’à marcher, même à faible allure et en petite quantité !

Pour pallier à cette sédentarité et améliorer sa qualité de vie, il est important de maintenir une activité physique régulière. Pour cela il s’avère judicieux de se déplacer autant que possible à pieds ou à vélo pour les activités de la vie quotidienne comme aller au travail par exemple... A cela peut être ajouter une activité physique de loisirs d’intensité modérée lors de vos temps libres.

​​

  1. Wen CP, Wu X. Stressing harms of physical inactivity to promote exercise. Lancet 2012;380:192-3.

  2. Duclos M. Epidemiology and morbi-mortality effects of physical activity and sedentariness in the general population. Revue du rhumatisme monographies 2021.

  3. Wilmot EG, Edwardson CL, Achana FA, et al. Sedentary time in adults and the association with diabetes, cardiovascular disease and death: systematic review and meta-analysis. Diabetologia 2012;55:2895-905. 

  4. Je Y, Jeon JY, Giovannucci EL, Meyerhardt JA. Association between physical activity and mortality in colorectal cancer: a meta-analysis of prospective cohort studies. Int J Cancer 2013;133:1905-13. 

  5. Fong DY, Ho JW, Hui BP, et al. Physical activity for cancer survivors: meta-analysis of randomised controlled trials. BMJ 2012;344:e70. 

  6. Steffens D, Maher CG, Pereira LS, et al. Prevention of Low Back Pain: A Systematic Review and Meta-analysis. JAMA Intern Med 2016;176:199-208. 

  7. Catalan-Matamoros D, Gomez-Conesa A, Stubbs B, Vancampfort D. Exercise improves depressive symptoms in older adults: An umbrella review of systematic reviews and meta- analyses. Psychiatry Res 2016;244:202-9. 

  8. Hupin D, Roche F, Gremeaux V, et al. Even a low-dose of moderate-to-vigorous physical activity reduces mortality by 22% in adults aged >/=60 years: a systematic review and meta- analysis. Br J Sports Med 2015;49:1262-7. 

  9. Rezende LF, Sa TH, Mielke GI, Viscondi JY, Rey -Lopez JP, Garcia LM. All-Cause Mortality Attributable to Sitting Time: Analysis of 54 Countries Worldwide. Am J Prev Med 2016;51:253-63. 

  10. Ekelund U, et al. Joint associations of accelerometer-measured physical activity and sedentary time with all-cause mortality: a harmonized meta-analysis in more than 44000 middle-aged and older individuals. Br J Sports Med 2020;54:1499-1507. 

  11. Sallis et al. Physical inactivity is associated with a higher risk for severe COVID-19 outcomes: a study in 48 440 adult patients. J Sports Med. Avril 2021. 

  12. Al-Aly et al. High-dimensional characterization of post-acute sequalae of COVID-19. Nature. April 2021.

  13. Shaw C. et al. Is mode of transport to work associated with mortality in working-age population? Repeated census-cohort studies in New-Zealand 1996, 2001 and 2006, International Journal of Epidemiology, 2020, 1-9

  14. Lee et al. 2019. Association of step volume and intensity with all-cause mortality in older women. JAMA Internal Medicine, August 2019, Volume 179, Number 8.